Centre de Sophrologie Chacun a en lui la clé de sa propre liberté

Quand la conscience du corps apparaît…..

img_20180509_094851         La sophrologie adaptée à une personne sourde et presqu'aveugle

« Quand la conscience du corps apparait… Les mots percent parfois le silence… »

 

JP  a 57 ans. Il est sourd de naissance et ne voit le monde qu'au travers d'une vision cylindrique que lui offre son œil gauche. Cette vision se réduit avec le temps qui passe.

Il vit seul, aidé par le personnel d'une association. Son quotidien est fait de lecture de livres en braille, de quelques sorties, et de sculptures en argile dans son atelier.

Son corps est raide, il ne pratique pas d'activité physique hormis quelques sorties à la piscine et la kinésithérapie.

Nous nous sommes croisés lors d'une séance de qi-gong qu'il venait essayer. Je me suis occupée de lui et il a finalement décidé de faire de la sophrologie plutôt que du qi-gong !!

Nous nous voyons une fois par semaine, au cabinet ou à son domicile.

Comment établir le lien ?

Je communique avec lui en écrivant avec mon doigt les mots à l'intérieur de sa main ou sur une ardoise.

Au bout d'à peine quelques séances, la respiration en conscience s'est installée et lui a permis de se vivre, de percevoir son corps autrement. Petit à petit, il a appris à contrôler et maitriser sa respiration.

Nos séances débutent toujours par ce contact respiratoire en conscience. Il est ravi de cette expérience, le sourire s'affiche sur son visage à la fin de chaque entraînement.

Des exercices adaptés :

  • La tension /détente des différentes zones du corps qui l'aide à se connecter à ses sensations internes. Les mouvements corporels favorisent une relation intime à lui-même, au plaisir de se sentir de l'intérieur. Il se relie à sa présence corporelle.
  • La prise de conscience de sa verticalité, du déplacement de son centre de gravité en avant/arrière, de droite, de gauche lui font percevoir son équilibre de plus en plus finement. Cela lui permet de développer sa confiance dans ses déplacements qu'il s'effectue d'ailleurs sans canne. Il découvre son environnement en utilisant ses mains ou s'appuyant sur la personne accompagnante.
  • L'éveil des sensations est renforcé grâce à l'utilisation de matériel divers. En particulier des balles aux touchers variés que je fais rouler, tapote… par des pressions différentes sur les diverses zones du corps. Il s'agit, pour moi, de lui faire partager mon état interne en étant présente à moi-même et à ce que je veux lui faire ressentir au travers du geste.
  • Inspirer et souffler longuement en émettant des sons, éveille le ressenti des vibrations dans sa gorge, dans le haut de son thorax. La répétition de ce travail d'association de la voix et du ressenti des vibrations corporelles (en plus d'une prise en charge en orthophonie) lui permet aujourd'hui de prononcer des mots compréhensibles.
  • Inspirer, sentir la présence de son bras devant lui dans la tension, puis vivre le mouvement lent de son bras qui se baisse, sa présence, sa forme, son volume. Cet exercice de plus en plus lentement et le conduit à une meilleure conscience de son corps en mouvement.
  • Toutes nos séances se terminent en position assise sur un temps de « détente corporelle ». Je l'aide à se concentrer en utilisant une balle très douce.  Au fur et à mesure, sa respiration abdominale se pose, son visage, ainsi que les différentes zones du corps, se détendent davantage. Je lui demande de réaliser de simples visualisations positives (lieu, situations agréables, mots….) , de se nourrir de celles-ci à l'aide de ses inspirations et expirations en conscience.

Au début J.P présentait de nombreuses tensions corporelles ; aujourd'hui, son corps se relâche de plus en plus.

Expérience en Centre Equestre

J.P. ayant pratiqué l'équitation, je lui ai proposé de réaliser une séance dans un centre équestre. Quel bonheur que la redécouverte du contact du cheval pour lui, les sensations, les odeurs, sentir ….ressentir … se reconnecter tout simplement avec ses souvenirs…. ! Moment magique.

A notre arrivée, nous avons commencé par nous connecter aux odeurs (du foin, de l'herbe, de la paille….) en utilisant la respiration consciente .

Puis nous sommes allés à la rencontre du cheval, grâce au toucher.  J.P a redécouvert l'animal, sa forme, ses volumes, son poil…  Les yeux fermés, il a passé un long moment à toucher le cheval, comme si il voulait en mémoriser tous les contours, les formes…   Il m'a écrit plus tard qu'il était heureux de se rappeler les différents moments positifs qu'il avait pu passer avec ces animaux pendant sa jeunesse lorsqu'il pratiquait l'équitation.

Je lui ai fait découvrir, sur son propre corps, le contact avec les différentes brosses, le peigne, l'étrille.

Nous avons ensuite marché tout autour du manège extérieur, tout en synchronisant nos pas sur nos respirations.

Quelques semaines plus tard, il était ravi de m'offrir la sculpture d'un buste de cheval qu'il avait réalisée en poterie.

Poser un cadre rassurant

Toutes nos séances sont codées par des mouvements, des positionnements de mains précis sur  les différentes parties de son corps,  afin de conserver les repères que nous avons mis en place ensemble. Elles débutent et s'achèvent toujours par les mêmes types d'exercices.

Aujourd'hui J.P semble plus centré, plus conscient de son corps. Il a stoppé la cigarette depuis 4 mois et s'est inscrit dans une salle de sport. Il est content de sentir ses muscles qui travaillent avec des appareils de musculation.

Nos partages simples et humbles nous ont enrichis réciproquement. Sans chercher vraiment à « faire quelque chose pour l'autre », chacun puise ce qui lui convient dans cette relation et cet enseignement.

Je pense que cela nous a permis de mieux nous connaître nous-mêmes ;  de croire en nos réelles capacités et au pouvoir de la sophrologie !

 

Fabienne Hou – Juin 2017 – Article paru et traduit en anglais pour  Sophro média